[Apos]trophes

La Palestine en morceau(x)

La cartographe et géographe Cécile Marin a réalisé une série de cartes de la Palestine pour Le Monde diplomatique. Elles rendent plus concrètes et visibles la colonisation et l’occupation israélienne de la Palestine et leurs conséquences (cliquez sur les liens pour voir les cartes en grand format, avec les légendes et explications de Cécile Marin).

De l’occupation au morcellement

Gaza enfermée

D’autres cartes, à voir ici.

Une autre carte illustre particulièrement l’absurdité de la situation et interroge elle aussi la possibilité d’une « solution à 2 Etats » : celle de l’Archipel de Palestine orientale, réalisée par Julien Bousac en 2008 (première version), avec Le Monde diplomatique.

Ces cartes montrent bien comment la colonisation grignote toujours plus de territoire. Dans ces circonstances, comment faire d’un « gruyère » – pour reprendre l’expression déjà utilisée au sujet de la Palestine, notamment par le secrétaire d’Etat américain John Kerry – un Etat ? C’est ce que demande également l’archevêque sud-africain Desmond Tutu. Comme Nelson Mandela et d’autres figures politiques, le prix Nobel de la paix 1984 établit un parallèle entre ce qu’il a vécu en Afrique du Sud durant l’apartheid et la situation en Palestine : « J’ai été profondément bouleversé pendant ma visite en Terre sainte cela m’a tant rappelé ce qui nous est arrivé à nous, les Noirs, en Afrique du Sud » a-t-il déclaré lors d’une conférence dont des extraits ont été publiés par The Guardian, sous le titre « Apartheid en Terre sainte ». «J’ai vu l’humiliation des Palestiniens aux checkpoints et aux barrages routiers, souffrant comme nous lorsque de jeunes policiers blancs nous empêchaient de nous déplacer. Je dis : pourquoi avoir la mémoire si courte ? […] Le gouvernement de l’apartheid était très puissant, mais aujourd’hui il n’existe plus. […] L’injustice et l’oppression ne vaincra jamais ».

Peut-on parler de « bantoustans », terme désignant les territoires ségrégués, réservés par l’Etat sud-africain aux personnes noires durant l’apartheid, pour qualifier les territoires palestiniens ? L’ancien ministre Ronnie Kasrils, qui avait rejoint le Parti communiste et le Congrès national africain (African National Congress, ANC) et dont les parents juifs lui avaient raconté les pogroms en Europe, considère, comme d’autres, que la situation en Palestine est pire

Et la France dans tout ça ? De la même manière que l’Etat français a soutenu et armé le régime d’apartheid en Afrique du Sud, il soutient et arme le régime israélien. Desmond Tutu, soulignant l’efficacité du boycott de son pays, appelle, comme de nombreux autres à travers le monde, à boycotter l’Etat israélien (qui soutenait l’Afrique du Sud de l’apartheid) notamment en rejoignant le mouvement fondé par le palestinien Omar Barghouti « Boycott-Désinvestissement-Sanctions» (BDS).

 

Article précédentArticle suivant

Send this to a friend