[Pol]itique

Rencontre [Ehko] le 12 janvier 2019 à la Colonie : la diplomatie française bousculée par les révolutions arabes ?

[Présenté le 11 septembre 2018], le projet de média Ehko.info sera officiellement lancé le 11 janvier 2019. L’occasion d’organiser un premier événement pour présenter ce nouveau média et rencontrer ses lectrices et lecteurs autour d’une thématique : « La diplomatie française bousculée par les révolutions arabes ? ».

Cette rencontre aura lieu le 12 janvier 2019, de 15h à 17h, à La Colonie. Surprenantes, incontrôlables, spectaculaires, les Révolutions et révoltes arabes ont secoué jusqu’à la France, historiquement liée aux pays concernés. Elles ont été l’occasion de vérifier la capacité de la diplomatie française à se saisir des soubresauts de l’Histoire : prise de court en Tunisie, en retrait puis en soutien en Égypte, au front direct en Libye ou en Syrie… Signe d’un changement d’ère, cette diplomatie peut se trouver concurrencée par « une diplomatie privée », celle d’organisations non gouvernementales, peut-être plus au fait du terrain. Elle a aussi rendu plus visible et problématique une « diplomatie des contrats » contre-productive avec les partenaires saoudien, israélien ou émirati et qui a, semble-t-il, fait du Quai d’Orsay l’antichambre de Bercy.

[Ehko] proposera une analyse transversale, avec un focus sur plusieurs pays. En Libye, l’initiative du Centre pour le dialogue humanitaire à Genève (HD Centre), spécialisé dans la médiation des conflits. L’ONU et son émissaire spécial ont mandaté ses représentants, qui ont mené 77 réunions publiques à travers tout le pays et auprès de la diaspora. Le but : recueillir la parole de plus de 7 000 Libyens qui y ont participé ou se sont manifestés sur la plateforme dédiée en ligne, par mail et sur les réseaux sociaux. Un rapport, « The Libyan National Conference Process Final Report », est né de cette initiative inédite, qui a été remis à l’ONU. Deux des co-auteurs Patrick Haimzadeh et Omeyya Naoufel Seddik le présenteront.

Au Yémen, une guerre voulue et menée par l’Arabie saoudite, accompagnée initialement par une dizaine de pays dont les Emirats Arabes Unis, fait rage depuis mars 2015. L’utilisation d’armements français est pointée, notamment par des ONG et des parlementaires. La consultante spécialisée sur les crimes de guerre et les ventes d’armes Hélène Legeay viendra parler de la « diplomatie des contrats » appliquée par la France, qui fait passer certaines transactions – notamment la vente d’armes – avant le respect du droit. C’est ce que la première étude juridique du genre diligentée par l’ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) et Amnesty International rendue publique en août 2018 interrogeait. Mais ce principe ne s’applique pas qu’au Yémen : cela se vérifie aussi avec Israël à Gaza, l’Egypte et d’autres pays. Se dirige-t-on vers des poursuites visant des entreprises et l’État français pour « complicité de crime de guerre » ?

Participeront à cette rencontre

Hélène Legeay, consultante en droits humains. Ancienne responsable des programmes Maghreb et Moyen-Orient pour l’association ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), elle est aujourd’hui consultante indépendante spécialisée en contentieux sur les crimes de guerre, la torture et les ventes d’armes.

Patrick Haimzadeh, conseiller pour la Libye auprès du Centre pour le dialogue humanitaire à Genève (HD Centre), spécialisé dans la médiation de conflits. Il est co-auteur du rapport « The Libyan National Conference Process Final Report » remis en novembre 2018 à Ghassan Salamé, émissaire spécial de l’ONU pour la Libye. Il a été en poste en tant que diplomate à Tripoli de 2001 à 2004, chercheur spécialisé sur la Libye et auteur de l’ouvrage Au coeur de la Libye de Kadhafi (Editions Jean-Claude Lattès, 2011).

Omeyya Naoufel Seddik, conseiller du Centre pour le dialogue humanitaire à Genève (HD Centre) depuis 2012, pour les programmes de la région du Proche-Orient et représentant de l’ONG en Tunisie. Il dirige le réseau arabe Al-Muqaddima basé en Tunisie. Il a étudié les sciences politiques à Tunis et à Paris.

Hassina Mechaï et Warda Mohamed, co-fondatrices et co-directrices de Ehko.info animeront le débat et présenteront le regard de [Ehko] sur ces sujets.

La présentation sera suivie d’une séance de questions/réponses.

 

 

Article précédentArticle suivant

Send this to a friend